Claude François, trente ans après

Je vais avoir 50 ans, et j’ai grandi avec Claude François. Il a été mon idole, comme on disait dans ce temps, mais j’étais une fan de l’ombre. C’est vrai qu’aimer Claude François ne faisait pas trop intellectuel. J’achetais les magazines, je découpais les photos que je collais dans des cahiers. La plus petite photo en noir et blanc n’échappait à mes talents de scrapbookeuse avant l’heure. La punition suprême de mes parents était de détruire les-dits cahiers quand je n’avais pas « marché tout droit »… combien sont passés dans la cheminée !

Il m’en reste un … et je me dis que si je le vendais sur E-bay, j’aurais des chances de remporter le gros lot !

.

Je n’ai jamais vu Claude François en spectacle. Il se produisait souvent dans notre région au moment de mon anniversaire. Tous les ans ma mère me laissait espérer que peut- être … et finalement le jour de mon anniversaire, je recevais le dernier 45 tours de Claude François et j’étais la plus heureuse du monde.

Jusqu’à cette année, les hommages rendus au mois de mars étaient un bon moment pour retrouver mon chanteur malheureux. Bien entendu au fil du temps, il n’y avait plus grand chose à raconter. Michel Drucker, Fabien Lecoeuvre, J. P. Bourtayre … toujours les mêmes intervenants qui racontaient les mêmes anecdotes. Chaque année, on ne pouvait pas passer outre le succès phénoménal de « Comme d’habitude », chanson la plus reprise dans le monde entier (et qui laisse à ses héritiers de quoi voir l’avenir sereinement).

.

.
Tout le monde sait aujourd’hui qu’il était perfectionniste, colérique, despotique, que s’il avait vécu il serait sans doute aujourd’hui à la tête d’une chaîne de télé privée… Tous les chanteurs de 40 ans et plus, après l’avoir méprisé, sont venus au fil des années se réclamer de lui : « il m’a tout appris, c’est grâce à lui que j’ai voulu chanter, il était un précurseur, rien de ce qu’il a fait n’a vieilli, c’est toujours aussi moderne… »

On a ressorti, et re-ressorti, et re-re-ressorti les chansons en vinyls d’abord, puis en CD, sous formes de compilations, titres remasterisés, voire carrément resamplés.

Une place de Paris a été baptisée « Place Claude François », et on a même frappé un timbre à son éphigie.

.

.

.Il y a aussi les pélerinages au Moulin de Dannemois, avec passage obligé au cimetière et dépot de plaques, gerbes et autres objets de dévotion de mauvais goût. Moi-même j’avais un oeil goguenard devant les scènes télévisées de ces fans de plus en plus vieux assister au spectacle d’un sosie pitoyable assisté de fausses Clodettes !

Pour tout dire, j’ai même deux ans de suite, accepté de co-présenter une émission souvenir sur Radio-France Isère (Papa Yéyé). J’avais rédigé les questions auxquelles devaient répondre les auditeurs pour gagner des petits cadeaux.

.

.
Qu’allait-on donc trouver pour marquer le 30e

 

anniversaire 

de la mort de l’idole bondissante ?.

Cette année, en guise d’hommage… on débale les horreurs.

Quel est le but de toutes ces révélations sordides sur sa vie privée, les relations avec les femmes de sa vie ? Je réalise que j’ai idôlatré un sale type, macho, qui ne respectait ni les femmes, ni les fans, qui l’entouraient et lui vouaient pourtant un amour inconditionnel. On ressort des interviews qui plus de 30 ans après on un goût abject, sur les amoureuses qu’il préférait entre 14 à 17 ans. Mais on est à la limite de la pédophilie ! (il faut savoir qu’à cette époque la majorité était à 21 ans). L’habilleuse vient dire qu’elle lui a TOUT donné, son coeur, son corps, et qu’elle a voulu mourir avec lui pour ne pas le laisser partir tout seul. Pourquoi être allé rechercher la sublime Sonia, amoureuse finlandaise, pour recueillir le témoignage pitoyable d’une femme que les années ont tant maltraitée ?

Et puis il y a Marc … l’enfant caché, l’enfant du placard (toujours dans le placard 30 ans après, puisque seule Claude, l’aîné, participe aux émissions consacrées à leur père) dont l’existence n’a été révélée que 5 ans après sa naissance. Quelle histoire !

Chacun y est allé de son livre : ses enfants, sa soeur, sa nièce, l’amoureuse du grand Nord, l’habilleuse soumise, les collaborateurs … On veut faire découvrir « l’homme », c’est bien dans l’air du temps.

Dans tout cela, le seul point positif est l’appel 18 artistes de la jeune génération (un peu moins jeune, en ce qui concerne Alain Chamfort, le poulain lancé dans les années 70) pour reprendre ses titres (Claude François – Autrement dit) projet en collaboration avec Europe1. La Grande Sophie (Le jouet extraordinaire) et Elodie Fréjé (Miss Felicity Gray) entre autres ont fait des adaptations très intéressantes, mais l’ensemble est très décevant.

 

J’ai de la peine aujourd’hui… pas parce qu’il y a trente ans que Claude François et mort. J’ai de la peine parce que j’assiste à un déballage de frasques sexuelles et au déboulonnage de mon idole. Ou alors je suis un peu triste de réaliser que j’ai vieilli !

J’avais commandé le livre de Claude et Marc chez Amazon, je viens d’annuler ma commande. Ma star ne brille plus, les paillettes se sont éteintes. A vouloir faire trop d’argent, « ils » ont tué Claude François une deuxième fois.

 

Aujourd’hui, j’éteins la radio … je vais écouter un CD de chansons irlandaises, tiens.

Et comme il faut toujours rire de tout quand même, je laisse la parole au chat de Philippe Geluck :

 


J’espère que pour les 31 ans de sa mort,

on laissera Claude François reposer en paix… 

enfin.

Rajout du 12 mars 2008 : j’avais contacté le site officiel de Claude François pour dire combien j’étais attristée par cet hommage « loupé ». On m’a très gentiment répondu que seule l’émission de Mireille Dumas avait été faite avec l’accord des héritiers de Claude François. Hier, Claude François Jr était au journal de 13 heures sur Antenne2. Il a également précisé 19 livres sur son père sont publiés à l’occasion de ce trentième anniversaire ; que la liberté d’écrire fait qu’on ne peut pas interdire certains témoignages… et qu’au fond, le fait qu’on parle encore autant de Claude François prouve combien il était populaire.

 

3 commentaires pour Claude François, trente ans après

  1. Barbouille dit :

    Je me moque de tous ces hommages et tu devrais en faire autant, j’ai été déçue par le film qui ne montre que le côté goujat de Claude. Sa générosité est à peine évoquée, son côté travailleur acharné même pas montré, et le musicien hors paire oublié.
    Moi, je lui rends hommage moi même en écoutant toujours ses chansons qui m’ont aidées à traverser les épreuves de la vie. Claude reste présent dans mon quotidien et c’est le plus bel hommage que je puisse lui rendre, lui qui avait si peur de retomber, il reste pour moi au sommet.

    J'aime

  2. Tibermont Didier dit :

    Cloclo,chanteur  » positif »…,non ???
    Allez franchement ??
    Si !!!!!

    Aimé par 1 personne

Un petit mot ? Merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s