Aujourd’hui, ça décoiffait

Voilà ma première carte postale de vacances.

HPIM1818

.

vague

.
Aujourd’hui a été le jour le plus compliqué depuis notre arrivée. Nous avons été réveillés par l’orage, et toute la journée n’a été qu’alternance d’averses et de ciel gris, avec de temps en temps un coin de bleu qui nous apportait l’espoir de beau temps, très vite déçu.

Mais au bord de la mer, ce temps est extraordinaire. Le spectacle est fabuleux. On mange du sable, on a les lèvres salées… c’est le bonheur.

HPIM1892 HPIM1849 IMGP8693

.

Les pauvres oiseaux faisaient du sur place, voire de la marche arrière. Selon les gens au bord de l’eau, le vent soufflait à environ quatre vingt kilomètres heure, avec des rafales à cent vingt. Un homme qui rentrait de réunion sur le continent m’a dit que le pont avait été fermé à cause du vent.

HPIM1830 IMGP8739

.

Chaque vague est la plus belle.  Et en rentrant, je me suis rendu compte que j’avais quasiment cent photos… comment n’en garder que quelques unes ? Le choix est compliqué.

IMGP8713 IMGP8712
HPIM1865

.

Il y avait des promeneurs sur la digue, mais aussi des réthais venus admirer le spectacle toujours renouvelé.

HPIM1861

.

Et aussi des photographes !

HPIM1862

.

Bon, maintenant que nous sommes bien mouillés, bien salés et bien ensablés, il est temps de rentrer. De toute façon… il va pleuvoir !

HPIM1893

Pour cette sortie éventée, Don porte un nouveau jogging.

.

vague

.

Si aujourd’hui il a beaucoup plu sur l’île, il a plu dans mon coeur également.

C’est avec grande tristesse que j’ai appris ce midi le décès de Guy Béart. Il n’était plus à la mode, mais chantait toujours chez moi.

Ingénieur de formation, il a commencé à avoir du succès dans la chanson au moment où je suis née. Je l’ai toujours entendu chanter chez nous. Les soirées « Bienvenue chez Guy Béart » étaient sacro-saintes, et la gosse que j’étais n’avait pas intérêt à déranger ses parents qui regardaient religieusement (idem pour mon frère et ma sœur !) Ma mère chantait devant la télévision en noir et blanc. Je l’entendais de ma chambre.

.

artistes_beart_liste

.

Mort de Guy Béart, troubadour intransigeant

Le Monde.fr | 16.09.2015 à 13h09 • Mis à jour le 16.09.2015 à 17h21 |Par Véronique Mortaigne

guy béart

.

Guy Béart était né au Caire et vivait à Garches, dans les Hauts-de-Seine. A 80 ans, Guy Béart avait publié un nouvel album, Le Meilleur des choses, après onze ans d’un silence qui aurait pu avoir raison de sa carrière. Ce mercredi 16 septembre, frappé par une crise cardiaque, il est tombé en sortant de chez le coiffeur, à Garches, il n’a pu être réanimé.
A 84 ans, en janvier 2015, il avait tenu l’Olympia pendant près de quatre heures, sans vouloir décoller de la scène, aidé par Julien Clerc ou par sa fille Emmanuelle Béart, affolant la twittosphère des amateurs de chansons française – admiration et moqueries confondues.
Depuis Bal chez Temporel écrit en 1957, d’abord chanté par Patachou, l’auteur-compositeur avait écrit un chapitre entier de la chanson française (Qu’on est bien, Chandernagor, L’Eau vive, Suez, Les Grands Principes…) et accumulé un catalogue de près de 250 chansons. Guy Béart s’était parfois absenté, mais en vérité, il n’a jamais décroché. Il s’est parfois mis en retrait, pour cause de maladie (cancer avoué), mais aussi parce que le chat Guy était échaudé par les pratiques « des maisons de disques », majors ou labels indépendants, toutes dans le même sac.
La télévision, il l’avait pourtant pratiquée de l’autre côté du décor, en présentant « Bienvenue », créée en 1966, où il invita Jacques Duclos, Robert Boulin, Aragon, Devos, Brassens, Michel Simon ou Duke Ellington. Un rêve de télévision réalisé « sans fric » (en juin 1970, il avait enregistré vingt-deux émissions en un mois), expliquait-il au Monde en septembre 2003. C’est aussi à la télévision qu’il avait commis l’un de ses plus beaux esclandres, face à Serge Gainsbourg – « un petit-maître, à l’occasion plagiaire » – qui en bon Gainsbarre, l’avait traité de « blaireau » sur le plateau d’« Apostrophes », en 1986. Guy Béart n’avait pas supporté qu’on dise de la chanson française qu’elle était un art mineur.

Ingénieurs des Ponts et chaussées

Né le 16 juillet 1930 au Caire, en Egypte, comme Georges Moustaki, Claude François, Dalida ou Richard Anthony, il était le fils d’un expert-comptable qui voyageait à travers le monde par profession, entraînant sa famille vers la Grèce, Nice, le Liban, où le petit Guy Béhart (le h a sauté par la suite) passa son enfance, puis au Mexique et enfin à Paris, où il entre à 17 ans au lycée Henri IV. Guy Béart avait gardé de ces années de transhumance un attachement à l’Orient et des envies d’ailleurs, qu’il traduit dans une des chansons françaises les plus célèbres, L’Eau vive, hymne à la liberté composé pour le film militant (contre les barrages) de Jean Giono et François Villiers.
Guy Béart, qui se voyait en troubadour rêveur fut dans un premier temps un bâtisseur, membre du prestigieux corps des Ingénieurs des Ponts et chaussées, spécialiste de l’étude des cristaux et de la fissuration du béton. Il écrit des pièces de théâtre, travaille de-ci de-là, et chante avec sa guitare pour les copains de La Colombe, un bistrot du Quartier latin, dirigé par Michel Valette. Le patron des Trois Baudets Jacques Canetti l’embauche dans son cabaret de Pigalle, avec Mouloudji, Brel, Devos, Pierre Dac et Francis Blanche.
Guy Béart a une voix particulière, un ton, un accent chaud, et ses chansons sont déjà excellentes. En 1955, Brassens le reçoit et l’écoute dans sa loge du Théâtre de verdure de Nice en lâchant « une autre ! », après chaque chanson et en glissant à son copain Jacques Grello : « Ecoute ! Il sait les faire ! ». Zizi Jeanmaire, Patachou, Juliette Gréco, Yves Montand, Colette Renard, Marie Laforêt, Maurice Chevalier : tous adoptent le style Béart et l’interprètent. Avec Qu’on est bien, Le Quidam, Bal chez Temporel, Chandernagor, Le Chapeau, l’originalité de son talent éclate dès son premier disque 25 cm enregistré, à 27 ans, en présence de Boris Vian qui chantait dans les chœurs. « En 1957 j’étais une vedette, mais en 1963, le twist devant « régner sur le siècle », j’étais un has been. A 33 ans, je n’avais plus qu’un renom », confiait-il en septembre 2003 à notre confrère Robert Belleret. « Contrairement à Brel ou Brassens, je ne me destinais pas à la chanson, et, comme le succès a été immédiat, je n’ai pas connu les vaches maigres, je n’ai pas été obligé de me constituer un réseau ni un clan et je n’ai jamais eu à jouer un personnage ».
« Les paroles et les musiques viennent du rêve. Je prends des notes pendant la nuit. Pas pratique pour garder une femme, car on la réveille », nous disait-il en 2010, alors qu’après quinze ans de retraite anticipée, il avait accumulé les cahiers, les notes, les projets : « une centaine. J’en ai gardé quarante, puis j’ai réuni les femmes que j’ai connues dans ma jeunesse, des amis, afin de sélectionner, et j’en ai enregistré douze dans mon home studio ». Il avait ensuite reçu chez lui les prétendants à l’édition d’un disque, de chez lui, une magnifique maison d’architecte, parce que « rhumatisant depuis quarante ans », il recevait dans son salon. Pour le voir, il fallait traverser le vestibule, ses alignements de pipes et de guitares, les salons encombrés de cartons d’archives, de livres, « tous vitaux », et de vidéos, avant d’arriver au canapé tigré du living à verrière.

Une succession de transferts et de procédures

Sa maison de Garches était un lieu de pèlerinage. Des grands noms des arts et de la musique, des hommes politiques, peut-être même son ami Georges Pompidou, ont plongé dans la piscine, pris le frais sous les arbres centenaires et admiré l’esthétique Bauhaus de cet édifice de 1 200 m2, ancienne demeure de l’ambassadeur d’Autriche. Guy Béart l’avait achetée en 1967, après le succès de Vive la rose, titre phare d’un album consacré à la reprise de chansons du patrimoine français.
Sa carrière phonographique est une succession de transferts et de procédures, dont celle qui l’opposa à Philips de 1963 à 1978, afin de récupérer les droits de ses chansons. « J’ai monté ma maison d’édition, Espace, très tôt. Puis Philips a viré Canetti [qui y était directeur artistique]. J’ai emprunté des sous à la Banque de Paris et des Pays-Bas, et j’ai fondé l’Auto Production des Artistes au Micro, une structure autogérée par les artistes. J’ai présenté l’affaire à Jean Ferrat, Anne Sylvestre, Claude François, Pierre Perret. Ils ont trouvé l’idée si bonne qu’ils ont tous créé leur propre société. » Il fonde alors Temporel, sa société de production phonographique, devenue Bienvenue.
En conséquence, ses partenaires sont ses distributeurs, « un point c’est tout ». Cette déclaration d’indépendance lui a valu l’une de ses manies les plus visibles : fumer cigarette sur cigarette. « Je vivais avec Popy, une Franco-Américaine. J’avais du mal à obtenir des rendez-vous. Elle m’a convaincu que le métier exigeait cigare et whisky. Ça a marché, j’ai pu approcher Eddie Barclay et d’autres, puis je me suis mis à la pipe. »
Source : lemonde.fr

.

Son dernier album « Le meilleur des choses » montrait qu’à quatre vingts ans, Guy Béart n’avait rien perdu de sa plume et sa poésie.

Guy Béart

  • CD (27 septembre 2010)
  • Nombre de disques: 1
  • Label: Sme Strategic Marketing Group
  • ASIN : B003Y86JJ6

.

Quand j’ai entendu cette mauvaise nouvelle, ma première pensée a été pour ma mère :

« Maman, il va maintenant chanter près de toi ! »

.

vague

.

Comble de l’ironie pour une journée décoiffante : c’est en sortant de chez le coiffeur que Guy Béart a eu le malaise qui lui a été fatal.

.

A bientôt

Catherine

Cet article, publié dans , est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Aujourd’hui, ça décoiffait

  1. Chantal dit :

    Un grand de la chanson française s’est envolé pour retrouver les meilleurs.
    Belle carte postale, tu te doutes que j’adore.
    Le soleil revient si pas demain ce sera pour le week-end, vous allez pouvoir profiter à fond.

    J'aime

  2. noellebrode dit :

    Comme tes photos sont belles!

    J'aime

  3. Merci Don pour ce grand bol d’air vivifiant ! Le spectacle en bord de mer par grand vent et pluie est plus original et permet de prendre de belles photos ayant du caractère, plutôt qu’en été sous un ciel sans nuage et un beau soleil.
    Quand à Guy Béart, que de souvenirs sont remontés à la surface à l’annonce de son départ pour l’autre monde. Il n’était peut-être plus à la mode, parce qu’il est indémodable, hors du temps ! Ma fille qui a 26 ans connait ses chansons. Pourtant elle n’écoute pas les mêmes émissions de radio que moi, nous ne regardons que très rarement les émissions de variété à la télé (je ne les aime plus – Gilbert et Maritie Carpentier n’ont jamais été égalé)
    Profitez bien de votre séjour insulaire !
    Bisous

    J'aime

  4. Sylvie dit :

    Encore un grand poète qui disparaît …. et toi Catherine fais gaffe de ne pas disparaître dans les vagues 😉 !!!! ce fut un sacré bol d’air dis donc, autre chose que celui de Grenoble où vous allez bientôt devoir rouler en trottinette !!! 😉 , continues bien ton séjour ! bisous mouillés de Lyon

    J'aime

  5. lecracleur dit :

    Maman Catherine hou! hou! m’entends tu avec ce vent . Le pauvre DON essayait d’attraper les mouettes quand il s’aperçut qu’il n’avait pas de doigts aux mains Plus bas la mer claquait avec un bruit d’enfer,.les chiens devaient être bien amarrés , à l’abri.Seuls les humains bravaient cette force de la nature certains recevaient une douche salée, et froide gratuite , d’autres étaient plus prudents et se tenaient en sécurité.DON comme à l’accoutumée mit ses oreillettes et écouta la radio.Guy Béart chantait sur les ondes.

    J'aime

Un petit mot ? Merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s