Quinze ans aussi

Voilà aujourd’hui quinze ans que ma mère a filé à l’anglaise. C’est ainsi que je qualifie sa mort, tellement elle nous a tous surpris.

Pendant que toute notre angoisse allait vers notre père qui a agonisé pendant deux mois et demi, elle était à côté de nous à s’éteindre… doucement… silencieusement.

Quand l’infirmière lui a annoncé que mon père était arrivé au bout de sa route, elle a pris le temps de nous appeler et elle est tombée. Pour ne jamais se relever.

.

roses

.

Ma mère, c’était d’abord une épouse. Puis une mère. Puis une grand-mère. Je ne sais pas si elle a jamais vécu pour elle. Elle s’est toujours sacrifiée pour nous tous. Ministre des finances, elle jonglait pour nous offrir le meilleur : les vacances d’été et d’hiver, les anniversaires, les Noëls, … mais elle regardait à deux fois avant de s’acheter une robe dont elle avant tant envie, pour finalement s’en passer !

Pendant l’hospitalisation de mon père, je l’avais emmenée dans une parfumerie. C’est quelque chose qu’elle n’avait jamais fait. Le parfum qui n’était réservé qu’aux grandes occasions s’achetait aux Nouvelles Galeries et il ne lui serait jamais venu à l’idée d’entrer dans une parfumerie.

Je me disais souvent que son mari et ses enfants étaient sa carte de visite. Elle vantait son époux à la moindre occasion, et s’enorgueillissait de nos succès scolaires.

Complexée par une cicatrice à la lèvre due à une chute de vélo quand elle était enfant, il n’était pas facile de la prendre en photo. Mais j’ai quand même trouvé quelques clichés qui sont ce qu’elle était.

Le grand amour, le seul amour

Elle n’avait pas dix-huit ans quand elle a rencontré mon père. Mon oncle me l’a dit : « Du jour où Jean-Luc est entré dans sa vie, plus rien n’a compté pour Viviane ».

Leur première photo ensemble, le 19 mai 1957.

Eté 1957, à Stella-Plage

.

Ils auront connu quarante-deux ans de bonheur, mon père nous quittant le jour anniversaire de leur rencontre.

.

Les enfants

Elle avait dix-neuf ans quand je suis née. A vingt-deux ans, elle avait déjà trois enfants. Elle aimait dire que si elle avait été sûre d’avoir un garçon, un quatrième enfant aurait été le bienvenu. Comme il n’est aucune certitude dans ce domaine, nous sommes restés trois.

 

Tout juste rentrée de la maternité avec Martine née le 25 décembre 1961. J’ai trois ans et demi, et Jean-Marc vient d’avoir deux ans.

Juillet 1966, traversée entre La Palice et l’Ile de Ré. Nous rentrons d’une visite aux tantes de mon père aux Sables-d’Olonne. Je porte des sabots de sablaise.

.

Les petits enfants

Sur cette photo, c’est Frédéric qui l’attendrit avec ses premiers areuh-areuh.

Mais cela aurait tout aussi pu être Cyrille, ou Caroline, Véronique, Arnaud, François, Antoine, Vincent,  Charlotte, Thomas. Elle avait les photos de ses dix petits enfants sur elle en permanence. Elle en était très fière !

.

Les trois ans de Frédéric en juin 1990.

.

Les chiens

Le premier chien de la famille a été Teddy, un boxer hors du commun. Elle a d’ailleurs eu un mal fou à se remettre de sa mort, et jusqu’à la fin de ses jours, elle avait la larme à l’œil quand nous évoquions ce chien.

La voilà avec  Félix, le plus méchant des chiens. Un petit lion qui mordait tout ce qui passait à quelques centimètres de son museau. Il a eu la bonne idée de mourir d’une crise cardiaque à huit ans, avant qu’un drame ne se produise. Ma mère n’a pas eu le courage de le faire euthanasier, et je l’ai souvent vue pleurer parce que son chien l’avait mordue.

Ile de ré – 1995 ou 1996

.

Ma mère avait une personnalité pas toujours facile à cerner. A sa mort, nous avons appris qu’elle avait masqué ses propres convictions, juste pour épouser les idées de notre père. Elle aura vécu totalement à travers lui et nous.

Elle était toujours angoissée pour sa famille. Cependant, elle avait grandi avec la réputation de « rigolote » et elle adorait rire.

Comme ça !

.

roses

.

Maman, ton père est allé jusqu’à 82 ans. Ta mère est morte à 93 ans. Même si je sais bien que tu ne pouvais pas vivre sans Papa,

tu n’avais pas le droit de partir à 60 ans.

.

roses.

Catherine

Cet article, publié dans , est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Quinze ans aussi

  1. soinou dit :

    Le ciel est tout gris ce matin et ce n’est pas ton hommage qui va me faire voir le soleil, j’ai plutôt la larme à l’oeil …. mais comme c’est beau !!!!!!!!!!!!!!
    Mes grands parents sont partis à peu près à cet âge là tous les 4 …. j’ai toujours trouvé que c’était trop tôt et ils me manquent encore cruellement même après tant d’années …

    Aimé par 1 personne

  2. Sylvie dit :

    beau portrait, que d’émotions ! tu ressembles vraiment beaucoup à ta maman Catherine ….elle est partie bien tôt en effet malheureusement, j’aime beaucoup la photo sur la plage où elle sourit ..bisous

    J'aime

  3. sylvie framboise tulipes dit :

    un belle rétrospective les miens aussi sont partis tout les deux à 56 ans pour mon père il y aura 21 ans cette année, ma mère je ne compte pas c’était une ……….erie,

    bises et caresses aux toutou’s

    J'aime

  4. paulette35 dit :

    Ta maman a vécu comme la plupart des femmes de sa génération dans notre pays… et puis Mai 68 a balayé tout ça. Elle a vécu à travers son mari et ses enfants et s’est accomplie dans ses tâches quotidiennes. Voir la famille s’agrandir avec tous ces petits-enfants a dû la rendre très heureuse.
    Il te faut garder cette pensée pour que son absence soit moins pénible.
    Bonne journée.

    J'aime

  5. MissParker dit :

    Cc Catherine … que d’émotions dans ce billet-hommage à ta Maman … à tes Parents !!!
    Les photos sont très belles.
    Bisous, bonne journée, et … caresses

    J'aime

  6. chantetal dit :

    Quel bel hommage. Le ciel est aussi tristounet pour rappeler cette mauvaise journée.
    Les souvenirs restent et le temps a le don de ne nous faire conserver que les meilleurs.
    De très belles photos et un air de famille qui se retrouve de génération en génération.
    Bonne journée même si elle est pluvieuse.

    J'aime

  7. Nicole dit :

    bel hommage, et un certain air de ressemblance …

    J'aime

  8. zohyre54 dit :

    On « sent » toute une vie d’amour et de partage.
    Tes parents ont certainement transmis tout ce bel héritage à leurs enfants.
    Et oui, la vie se déroule à grande vitesse. Aussi faut il en profiter au mieux chaque jour, faire plaisir aux autres et à soi!
    Bonne continuation à toi

    J'aime

  9. Martine Tonneau dit :

    Bonjour Catherine
    J’entre toujours avec plaisir sur la pointe des pieds dans votre blog…dans votre intimité.
    Vous savez choisir avec tact vos mots et les portraits de vos parents m’ont touchée.
    Merci Martine

    J'aime

  10. Muriel dit :

    je me retrouve à travers vous, Maman était comme ça et parti à 3 mois de ses 60 ans …
    Un vide immense….

    J'aime

  11. Edith dit :

    Je viens de découvrir ton article seulement maintenant …C’est très triste mais tu as la consolation que c’était une dame bien ….Un doux souvenir ….
    Bises Edith

    J'aime

  12. Marie-Odile dit :

    Quel superbe hommage extrêmement émouvant et pudique tout à la fois….

    J'aime

  13. Pierrette dit :

    Très beau portrait de ta maman

    J'aime

Un petit mot ? Merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s