Comme un p’tit coqu’licot, mon âme, comme un p’tit coqu’licot…

Le myosotis, et puis la rose,
Ce sont des fleurs qui disent quèqu´chose !
Mais pour aimer les coqu’licots
Et n’aimer qu’ça… faut être idiot!

J’ai toujours aimé les coquelicots, comme tous les enfants je crois : les roses, les rouges… les blancs qui ma foi devaient être malades ! J’en cueillais des bouquets qui arrivaient fânés à la maison. Et le noir que leur tiges avaient déposé sur mes doigts était difficile à faire partir, même avec un bon savon.

J’en ai fait des poupées-coquelicots ! Les mamans avec les fleurs écloses et les enfants avec les boutons. Quand nous allions nous promener dans les champs, il y avait plusieurs occupations incontournables :

  • siffler avec un brin d’herbe
  • faire des couronnes avec des marguerites,
  • titiller les grillons dans leur trou avec une tige de fleur,
  • faire des poupées avec les corolles des coquelicots !

En 1971, mes parents ont acheté un pavillon dans un lotissement qui s’appelait « Les Coquelicots ». Nous y sommes restés le temps de mes années collège et lycée, des années qui ne me laissent que de bons souvenirs. C’est dans cette commune que se trouve le cimetière intercommunal de Grenoble où ils reposent aujourd’hui, pas bien loin de certains de leurs voisins de l’époque.

J’ai grandi, et les coquelicots ont toujours fait partie de moi. J’ai toujours eu en tête (sans en comprendre le sens quand j’était petite) la chanson de Mouloudji, un des artistes préférés de mon père.

J’ai tellement aimé la publicité pour le parfum « Flower » de Kenzo symbolisé par des coquelicots que j’avais acheté l’album de Jil is Lucky pour avoir la chanson.

.

En cette fin de printemps 2012, notre location de vacances avait une salle de bains bien originale : ROUGE et COQUELICOTS, du mur au rideau de douche, en passant par la décoration.

.

Les premiers coquelicots sont le signe des beaux jours arrivés, et grâce aux appareils photo d’aujourd’hui, je peux me faire le plaisir de les photographier dans tous leurs états, quand le vent veut bien les laisser en paix !

Paulette et Jacques n’ont certainement pas oublié ce champ de coquelicots à l’Ile de Ré. Je l’ai trouvé si joli qu’une des photos prises à cet instant précis est aujourd’hui la bannière de mon blog.

.

Mon anniversaire est arrivé, avec son lot de cadeaux et de surprises. Et l’une d’elle m’a fait totalement replonger dans l’univers des coquelicots.

Depuis, je suis partie à la chasse aux grilles de coquelicots à broder…

.

J’ai également trouvé le « Gentil Coquelicot » de l’R de Rien  et le « Floralie n°3 » de Tralala qui vont arriver demain.. peut-être !

Et j’ai dévalisé le stock de boutons d’Emmanuelle de Manucréa :

.

Je suis toujours à la recherche de quelques modèles que je suis sûre de trouver prochainement !

.

Surtout, si vous m’aimez, ne m’envoyez rien avec des coquelicots ! Car dans ce domaine, comme dans tout autre, on trouve des choses que j’aime, et d’autres que je déteste. Comment peut-on faire des trucs que je trouve aussi aussi moches avec une fleur aussi gracieuse ?

(Photos du net)

(*) Peut-être que si je rentrais dedans, je la trouverais moins moche !

.

Orthographe

M’installant quelques jours chez ma soeur, j’ai besoin de me connecter à leur réseau internet. Je demande à mon neveu « Thomas, c’est quoi le mot de passe ? »

 » Coquelicot ! » me crie-t-il avant d’enfourcher sa moto et filer.

Coquelicot. Non ! coquelicot. Non ! COQUELICOT. Non ! cOQUELICOT. Non ! Ah… coquelicots. Non ! CoQuElIcOt. Non !

Bon, j’en ai marre. Après toutes les combinaisons majuscules/minuscules et singulier/pluriel, j’abandonne.

« Dis Thomas, ton mot de passe ne marche pas ! Tu l’écris comment Coquelicot ? »

« Ben comme ça se prononce. COCLICO ! »

.

Langage des fleurs

Le coquelicot peut symboliser une ardeur timide, le sommeil, l’apaisement ou bien alors une inconstance.
Les bouquets de coquelicots sont souvent l’oeuvre des enfants qui aiment à cueillir les fleurs des champs. Cette fleur favorise la méditation en raison de sa silhouette paisible qui se plie au gré du vent ; ce flottement, parfois, symbolise l’hésitation.
Les noces de coquelicot célèbrent 8 années de vie conjugale.

Un peu d’histoire :
Jusqu’au XVIè siècle, on appela cette fleur des champs ‘coquerico’ comme le co, car la couleur rouge éclatante de la fleur évoquait la crète du coq.
Aujourd’hui, c’est sans doute la variété qui a le plus de noms : ‘cocorico’, ‘kikiriki’, ‘cocolier’, ‘poule joyeuse’, ‘oeil du diable’ etc..

Anecdote :
Une légende raconte que Déméter, divinité agraire, restait inconsolable de la perte de sa fille, Perséphone. Celle-ci avait été enlevée par Hadès, dieu des Enfers. Déméter obtint de Zeus que sa fille revienne sur terre sous forme d’une fleur. Ce retour esr désormais marqué par la floraison des coquelicots, dont Déméter buvait les décoctions pour apaiser son chagrin lié a la perte de sa fille.

(source : Langage des fleurs)

.

Au fond tout ça,

c’est de la faute de Paulette !

.

Et pour partir, je laisse la parole à Claude François qui m’avait tellement touchée en chantant « Comme un p’tit coqu’licot » sous le regard attendri de Mouloudji.

.

.

Catherine

Cet article, publié dans , est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Comme un p’tit coqu’licot, mon âme, comme un p’tit coqu’licot…

  1. frédérique dit :

    Nous nous ressemblons car moi aussi j’adore les coquelicots

    J'aime

  2. paulette35 dit :

    Ah les coquelicots de l’île de Ré, quel beau souvenir !
    Et avec ceux de la Rochelle, j’ai découvert le parfum de cette fleur… c’est essentiel, n’est-ce pas ?

    J'aime

  3. chantetal dit :

    Fleur éphémère mais combien gracieuse.
    Elle me rappelle aussi de très bons moments du temps où l’insouciance était reine.
    Bonne recherche pour tes broderies, j’ai vu que tu en avais déjà trouvé.

    J'aime

  4. binchy1 dit :

    Elles sont très belles tes photos de coquelicots !
    Je te souhaite une agréable soirée.
    BISOUS.

    J'aime

  5. sublime …
    la chanson … sublime !
    Claude François et Mouloudji … sublimes !!!
    merci pour ce superbe moment Catherine !
    j’adorais Mouloudji, principalement dans cette chanson .

    J'aime

  6. chris dit :

    ça en fait une belle histoire tous tes coquelicots! je les adore aussi…

    J'aime

  7. Encore un point commun que nous avons ensemble, j’adore aussi les coquelicots. Merci pour toutes ces merveilleuses explications Catherine, rien que du bonheur. Bisous et bon mardi

    J'aime

  8. COCLICO… pourquoi faire compliqué. C’est fini t’es plus une djen.
    Moi aussi les coquelicots, j’aime.
    T’as vu toubib est passé.

    J'aime

  9. marmotten2 dit :

    et des photos on peux t’en envoyer??????????????j’aime bien aussi les coclico!!!!!!!!!!! c’est trop mimi bises de la marmotte

    J'aime

  10. Magali dit :

    Quel bel article…et Claude François et Mouloudji pour le terminer…tu m’as émue…
    Douce journée

    J'aime

Un petit mot ? Merci !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s